Tel. 04 90 14 81 89 (Consultations) / 04 90 14 85 57 (Service d'urologie)

Chirurgie du calcul

Elle dépend de la morphologie et des comorbidités du patient, de la localisation du calcul, mais aussi de sa taille, de sa composition et de l’anatomie des voies urinaires. La prise en charge urologique des calculs rénaux et urétéraux a fait l’objet de recommandations du Comité Lithiase de l’AFU

Trois types de traitement chirurgical pourront alors vous être proposés

1) Lithotritie extracorporelle (LEC):

Principe : Il s’agit d’une méthode non invasive. Un générateur extra-corporel produit des ondes acoustiques. Celles-ci sont focalisées sur le calcul par un système de repérage radiologique afin de le pulvériser. Cette technique est habituellement proposée pour les calculs de moins de 2cm, visibles en radiographie

Technique : réalisée en ambulatoire, sous simple sédation. Un ECBU doit être réalisé quelques jours avant ainsi qu’une radiographie de l’abdomen la veille pour vérifier que le calcul est toujours en place.

Le patient est installé en décubitus dorsal. Un ballon, par lequel sont transmises les ondes de choc, est appliqué au contact du rein. Une radioscopie est positionnée au-dessus du patient pour visualiser le calcul à traiter.

Résultats : le but est d’éliminer la totalité du calcul. Ceci est obtenu dans 30 à 76 % des cas.

Complications :

  • Colique néphrétique : par migration des fragments résiduels. Elle peut survenir dans 20% des cas.
  • Hématurie (du sang dans les urines). Elle est assez fréquente, en général minime et résolutive en quelques jours.
  • Infection urinaire. Son risque est réduit par la réalisation de l’ECBU préopératoire.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien PDF

Représentation d’une séance de LEC

2) Urétéroscopie (rigide et souple) avec Fibre Laser

Principe : Il s’agit d’une technique endoscopique. L’urétéroscope introduit par les voies naturelles permet de se positionner au contact du calcul en utilisant une fibre Laser pour le fragmenter. Cette technique est habituellement proposée pour les calculs de moins de 2cm quelle que soit leur consistance.

Technique : réalisée en ambulatoire ou en hospitalisation courte, la procédure se déroule sous anesthésie générale. Un ECBU doit être réalisé quelques jours avant. Une sonde interne (JJ) entre le rein et la vessie peut être mise en place avant le geste, et laissée après le geste pour quelques jours. Introduction par les voies naturelles d’un urétéroscope permettant de visualiser et de travailler au contact du calcul. Par l’intermédiaire d’une source Laser, le calcul peut alors être pulvérisé (« dusting ») et la poussière est éliminée naturellement, ou alors fragmenté en morceaux et extrait par l’intermédiaire d’une pince

Résultats : selon les études traitement complet dans :

  • 95 % pour les calculs du bas uretère
  • 80 % pour les calculs rénaux de moins de 1 cm
  • 72 % pour les calculs rénaux entre 1 et 2 cm.

Complications :

  • Hématurie
  • Douleur de colique néphrétique par migration de fragments de calculs ou de caillots de sang dans l’uretère
  • Infection urinaire.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien PDF

 

Vue per opératoire d’un calcul dans le Rein par urétéroscopie souple

Photographie de l’extrémité de la fibre Laser

 

3) Néphrolithotomie percutanée (NLPC)

Principe : Il s’agit d’une technique percutanée. Un néphroscope est introduit à travers le rein jusqu’au calcul qui sera fragmenté et les fragments retirés.Ce  traitement est la référence pour les calculs de plus de 2 cm, coralliformes ou complexes du rein.

Technique : sous anesthésie générale. Le patient est alors placé sur le ventre ou sur le côté. Une ponction du rein est réalisée à travers la peau sous contrôle d’une échographie ou d’une radioscopie, puis on réalise une dilatation progressive du trajet obtenu permettant la mise en place d’une gaine d’accès et l’introduction d’un appareil appelé néphroscope. On se retrouve alors au contact du calcul qui sera ensuite fragmenté en morceaux qui seront retirés

Résultats : L’obtention d’une élimination complète du calcul est obtenue dans 80 à 85 % des cas. Il pourra alors vous être proposé de faire une LEC ou une urétéroscopie sur les fragments résiduels.

Pour plus de détails cliquez sur ce lien PDF

Schématisation d’une NLPC